Description du projet

Élise Groulx-Maurer

  • Étudiante à la maîtrise

  • Université de Sherbrooke
    2500 boul. de l’Université
    Sherbrooke (Québec)
    J1K 2R1

  • 819 821-8000, poste 62506

Amélioration des simulations de densité du couvert neigeux par SNOWPACK pour l’évaluation des conditions de forage du caribou de Peary dans l’Arctique Canadien.

Introduction

L’augmentation de l’occurrence d’évènements extrêmes comme les redoux hivernaux et la pluie-sur-neige engendre la densification accrue de la neige de surface dans l’Arctique canadien causant des périodes de mortalité intense chez les caribous de Peary. La modélisation de la neige (SNOWPACK) est un outil puissant permettant de prédire les conditions du manteau neigeux et par conséquent les conditions de forage du caribou de Peary. Cependant, les incertitudes associées aux simulations de densité de neige effectuées par le modèle SNOWPACK ne sont pas négligeables. Les résultats surestiment systématiquement la densité de la couche basale de neige et sous-estiment la densité de la couche superficielle de neige. Pourtant, la couche supérieure de neige est une variable indispensable pour qualifier les conditions de forage du caribou de Peary.

Objectifs

L’objectif principal de cette étude est donc d’améliorer la paramétrisation de la densité du modèle de neige SNOWPACK pour qualifier les conditions de forage du caribou de Peary dans l’archipel arctique canadien. Les objectifs secondaires visent à:

  1. Valider les modèles météorologiques GEM-LAM et NARR en fonction de données empiriques de stations météorologiques basées à Cambridge Bay,
  2. Valider et améliorer la précision des simulations de densité issues de SNOWPACK à l’aide de données empiriques,
  3. Étudier la variabilité spatiale (GEM-LAM, 2.5 km) et temporelle (NARR, 32 km, 1979-2021) de la densité de la neige dans l’Archipel Arctique Canadien en fonction de simulations obtenues à partir de forçages météorologiques sur SNOWPACK.

Sites d’étude

La zone d’étude pour cette recherche est représentée essentiellement par l’aire de répartition du caribou de Peary qui correspond à la majorité de l’archipel arctique canadien. L’archipel arctique canadien regroupe 36 563 îles. La topologie de la région est très variable puisque le Nord-Est est très montagneux, alors que le centre et l’Ouest sont des zones plutôt aplaties. Le climat y est généralement froid et aride avec des températures moyennes annuelles de -20°C à l’hiver au nord de l’archipel et -6°C au sud. De plus, la noirceur est complète pendant 3 à 4 mois à l’hiver. Il est possible de retrouver une grande quantité de milieux humides dans l’Arctique canadien ainsi qu’une végétation de toundra comprenant des petits arbustes, des herbacées, des graminoïdes, des lichens et des mousses.

Matériel et méthodes

Les résultats des modèles météorologiques (GEM-LAM et NARR) seront comparés avec les données des stations météorologiques situées à Cambridge Bay dans l’Arctique canadien pour permettre la validation des données de réanalyses météorologiques. Le modèle de neige SNOWPACK sera forcé avec les modèles météorologiques et les simulations seront comparées aux données empiriques des conditions de neige prises sur le site d’étude. Pour se faire, il est nécessaire d’obtenir des données empiriques actuelles des conditions de neige dans l’Arctique canadien par le biais de puits de neige. La paramétrisation de SNOWPACK sera ensuite corrigée afin d’obtenir des simulations de densité plus représentatives de la réalité. Une fois que SNOWPACK est mis à jour, il sera possible d’effectuer une étude spatio-temporelle de la densification de la neige dans l’archipel arctique canadien à l’aide du CT350 et des anomalies de densité.

Profil

Alexandre Langlois

Direction
Profil

Nicolas Marchand

Co-Direction
[/fusion_tagline_box][fusion_tagline_box backgroundcolor= »#ffffff » shadow= »no » shadowopacity= »0.7″ border= »0″ bordercolor= » » highlightposition= »left »