Description du projet

Patrick Pomerleau

  • Étudiant à la maîtrise

  • Université de Sherbrooke
    2500 boul. de l’Université
    Sherbrooke (Québec)
    J1K 2R1

  • (819) 574-3766

  • Patrick.Pomerleau@Usherbrooke.ca

Conception d’un dispositif de caractérisation automatique de la glace à partir d’un radar à émission continue
Entre 1991 et 2000, 246 motoneigistes sont morts noyés après que le poids de leur motoneige a fracturé la glace. Si ces personnes avaient été équipées d’un dispositif portatif capable de mesurer les caractéristiques de la glace et d’avertir qu’elle n’était pas sécuritaire, la vie de plusieurs d’entre eux aurait pu être sauvée. Des dispositifs pour mesurer l’épaisseur de la glace existent déjà mais ils retournent comme information le profil de l’écho réfléchi et nous devons interpréter nous même les données. Pour une personne qui n’est pas spécialiste du domaine, ces systèmes ne donnent pas une information claire et simple de la solidité de la glace.
Le premier objectif de cette maîtrise est d’adapter un radar bon marché, compact et léger dans le but de mesurer l’épaisseur de la glace de lac et de rivière, incluant le développement des algorithmes pour interpréter automatiquement les mesures et d’en extraire les informations pertinentes comme l’épaisseur de la glace. Le second objectif est de démontrer la faisabilité (et les limitations) de ce radar pour la détection automatique du potentiel de danger relatif à la portance de la glace, pour une motoneige par exemple, dans un contexte opérationnel.
Un radar FMCW (Frequency Modulated Continuous-Wave) a été choisi pour son prix, sa précision et ses dimensions. Des tests en laboratoire avec des blocs de glace seront d’abord effectués avant de faire des tests directement sur le terrain. Plusieurs sites ont été choisis pour effectuer des mesures durant l’hiver 2014-2015 tel que le Lac Memphrémagog, le Lac Massawippi, le Lac Abitibi, le Lac des Nations ainsi que la Rivière Châteauguay. Si le projet se déroule bien, il sera possible d’intégrer les algorithmes dans une carte électronique pour effectuer les mesures sans l’aide d’ordinateur et de pouvoir l’intégrer à une motoneige.
Parmi les applications connexes, il serait possible d’ajouter un système de partage d’information à l’échelle nationale qui permettrait de cartographier les glaces de façon collective à chaque passage d’un véhicule équipé du système. De plus, installer le système sur un drone permettrait de faire des cartographies des glaces à distance et sans risque de s’y enfoncer. Ce système pourrait aussi servir à l’optimisation des trajectoires des brise-glaces en Arctique et sauver une grande quantité de carburant.

Profil

Alain Royer

Direction
Profil