Description du projet

Vincent Sasseville

  • Étudiant au doctorat

  • Université de Sherbrooke
    2500 boul. de l’Université
    Sherbrooke (Québec)
    J1K 2R1

  • 819 821-8000, poste 62506

  • Vincent.Sasseville@USherbrooke.ca

Développement d’un indice de qualité de l’habitat du caribou de Peary avec la simulation du couvert nival et la détection par micro-ondes passives
Les premiers signes de changements climatiques observés dans l’Arctique au cours des trois dernières décennies ont déjà généré de fortes rétroactions climatiques. Le réchauffement actuellement observé est estimé à +1.06 °C/décennie dans cette région, un taux beaucoup plus important que sur le reste de la planète à +0.43 °C/décennie et au Canada spécifiquement (+0.24 °C/décennie). Ainsi, des patrons d’anomalies négatives dans les bilans de masse et couvertures spatiales de neige, ont été mesurés, ayant un impact important sur la réponse de la cryosphère aux changements climatiques. Ce réchauffement amène aussi l’augmentation de l’occurrence d’évènements de pluie-sur-neige (PSN). Ce phénomène a pour conséquence la formation de couches de glace dans le manteau neigeux, ce qui affecte les conditions d’accès à la nourriture de certains ongulés. Notamment, le Caribou de Peary qui a vue sa population diminuer de façon importante dans plusieurs régions dans le nord du Canada au cours des 3 dernières génération (70% de diminution). Ces caribous, comme d’autres herbivores nordiques, ont beaucoup de difficulté à atteindre leur nourriture qui se trouve au sol durant l’hiver, particulièrement lorsque la neige est très dense et lorsqu’il y a la présence d’une croûte de glace.

Ce projet a donc comme objectif de produire un index de qualité de l’habitat du caribou de Peary pour mieux connaître sa situation. Puisque le territoire est très vaste, il faudra faire appel à de nouvelles technologies, soit la télédétection et la modélisation. Dans un premier temps, pour détecter la présence des couches de glace, des données satellites micro-onde passive seront utilisées et un algorithme de détection sera développé. Ensuite, à l’aide de données prises sur le terrain, des algorithmes seront développés pour détecter non seulement les couches de glace, mais aussi les évènements de pluie sur neige. En parallèle, les propriétés du couvert nival seront simulées à l’aide du modèle SNOWPACK, qui sera à son tour adapté pour une neige arctique et utilisera des données prises par des stations météo situées dans la région. Finalement, avec les données satellites, accompagné des simulations faites à partir de données météo, il sera possible de mettre en place un système qui pourra observer et qualifier, de façon continue, l’habitat du caribou de Peary. Il sera ainsi possible de mieux prédire ses déplacements et ses chances de survie dans l’avenir.

Profil

Alexandre Langlois

Direction
Profil

Jérôme Théau

Co-Direction